DE GLOIRE EN GLOIRE, DE VICTOIRE EN VICTOIRE

INSCRIPTION A LA GOODLETTER


Le bon Samaritain et la vie éternelle

L'homme dans le besoin était un parfait inconnu du Samaritain, mais il l'aida.

Publié  354 Vues actualisé 4 mois depuis

1. Le bon Samaritain et la vie éternelle

Temps de lecture estimé: 9 minutes

Nous connaissons la parabole du Bon Samaritain. Nous savons que ce Samaritain a aidé l'étranger. Mais que pouvons-nous apprendre de cette parabole, et qu'est-ce que cela a à voir avec la vie éternelle?

Tout d'abord, notons le contexte, qui commence dans Luc 10:25 . Un avocat a approché Christ pour Le tester, lui demandant ce qu'il devait faire pour hériter de la vie éternelle. Christ a alors demandé à l'avocat ce qui était écrit dans la loi (verset 26).

Remarquez la réponse de l'avocat au verset 27: «Il répondit et dit: 'Tu aimeras L'éternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit' et 'ton prochain comme toi-même. »

Christ a ensuite dit à l'avocat qu'il avait répondu correctement et qu'en faisant ces choses, il aurait la vie éternelle (verset 28). Mais vient maintenant le reste de l'histoire. Nous pouvons maintenant voir ce que le bon Samaritain et la vie éternelle ont en commun.

Au verset 29, l'avocat a demandé au Christ: "Et qui est mon prochain?" Pourquoi a-t-il demandé cela? Il a demandé que «vouloir se justifier». Pourquoi voulait-il se justifier? Parce qu'il n'aimait pas tout le monde comme lui!

Dans la parabole qui a suivi, le point sur lequel Christ insistait était que tout le monde est notre prochain, et nous devons les traiter comme nous voulons être traités! Ensuite, si nous pratiquons cela dans nos vies, nous aurons la vie éternelle. Regardons maintenant cette parabole et voyons comment nous nous mesurons.

Un homme (probablement un Juif) voyage sur la route et se fait voler et être battu à moitié à mort. Là, il se trouve dans un besoin terrible. Un prêtre et un lévite descendent la route et le voient. Ils traversent délibérément de l'autre côté de la route pour ne pas avoir à l'affronter (versets 30-32). Ces deux personnes - étant des représentants de Dieu - auraient dû aider joyeusement l'homme. Après tout, ils pouvaient probablement dire qu'il était juif, tout comme eux. Mais ils l'ont évité. Pourquoi?

Comment traitons-nous les personnes dans le besoin?

Évitons-nous les personnes dans le besoin? Pensons-nous, "Quelqu'un d'autre peut aider?" Faisons-nous des excuses pour ne pas aider? Pensons-nous: «Je n'ai pas le temps de m'arrêter.» "Ce pourrait être un piège, je pourrais me faire voler." Quand nous pensons de cette façon, nous pensons comme le monde, pas Dieu (bien sûr, Dieu veut que nous fassions preuve de bon jugement).

Remarquez 1 Jean 3: 17-18: «Mais quiconque a les biens de ce monde, voit son frère dans le besoin et lui ferme le cœur, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui? Mes petits enfants, n'aimons pas en paroles ou en langue, mais en actes et en vérité. »

Jacques 2: 14-17 dit: «À quoi cela sert-il, mes frères, si quelqu'un dit qu'il a la foi mais n'a pas d'oeuvres? La foi peut-elle le sauver? Si un frère ou une sœur est nu et dépourvu de nourriture quotidienne et que l'un d'entre vous leur dit: «Partez en paix, réchauffez-vous et remplissez-vous», mais vous ne leur donnez pas les choses dont le corps a besoin, que fait-il? profit? Ainsi, la foi en elle-même, si elle n'a pas d'oeuvres, est morte. »

En revenant de la Fête cette année, nous nous sommes arrêtés dans un restaurant. Lorsque nous sommes retournés à notre véhicule, un homme et une femme nous ont arrêtés pour demander de la nourriture à manger. Essayant d'être sage comme un serpent et inoffensif comme une colombe, j'ai proposé d'aller avec eux à l'intérieur et de leur acheter quelque chose à manger, plutôt que de simplement leur donner de l'argent qu'ils pourraient utiliser pour autre chose. Nous avons parlé pendant que nous attendions à l'intérieur, et quand j'ai payé pour leur nourriture, je suis parti.

Quand je suis arrivé à la porte, une autre personne à l'intérieur du restaurant m'a arrêté et m'a dit que ce couple faisait cela fréquemment, et ils recevaient juste un repas gratuit. Donc, si je me faisais prendre, était-ce honteux pour moi? Serait-il préférable d'être pris pour quelques dollars, et que le couple soit comblé, ou de refuser quelqu'un qui avait vraiment faim?

La réalité est que parfois nous en profiterons. Est-ce une raison pour ne pas aider? Le Christ a dit de donner à ceux qui demandent sans se détourner, et de prier pour ceux qui vous utilisent malgré vous ( Matthieu 5:42 , 44). Nous ne devons pas être comme le prêtre et le Lévite qui sont passés de l'autre côté. Nous devons nous arrêter et aider, comme l'a fait le Samaritain.

Ému avec compassion

Poursuivant la parabole du verset 33, le Samaritain a vu l'homme dans le besoin et avait de la compassion pour lui. Quelle compassion avons-nous? Pierre nous dit d'être compatissant et tendre ( 1 Pierre 3: 8 ).

Les récits évangéliques sont remplis de Christ touché avec compassion. Certaines des bonnes œuvres que Christ a faites parce qu'il a été ému de compassion comprennent chasser les démons, ressusciter des êtres chers morts, nourrir 5000 personnes et guérir les maladies, pour n'en nommer que quelques-unes. En fait, on nous dit dans Jean 21:25 que toutes les choses que Christ a faites ne pouvaient pas être écrites dans tous les livres du monde! Combien de ces choses ont été faites par compassion?

La compassion peut être spontanée. On n'a pas toujours l'intention d'avoir de la compassion; parfois ça arrive juste. Les actions qui suivent sont basées sur cette compassion. Le Samaritain a vu l'homme dans un besoin désespéré, avait de la compassion et a agi.

Il est intéressant de noter que les Juifs méprisaient les Samaritains. Et les chefs religieux juifs n'aideraient pas les leurs, mais il a fallu un ennemi pour venir offrir son aide. Le Christ a dit dans Luc 6: 35-36: «Mais aimez vos ennemis, faites le bien et prêtez, n'espérant rien en retour; et votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut. Car il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez donc miséricordieux, comme votre Père aussi est miséricordieux. »

Le Samaritain panse ensuite les blessures, place l'homme blessé sur son animal (ce qui signifie que le Samaritain a marché), l'a emmené dans une auberge et est resté avec lui (verset 34).

Réfléchissez un instant. Le Samaritain était en voyage, a vu un besoin et s'est arrêté pour aider. L'aide qu'il a apportée a interrompu son voyage. Il a perdu au moins un jour pour aider cet homme. Le Samaritain a fait des sacrifices.

Pensons-nous que nous n'avons pas le temps d'aider? Si nous sommes les lumières du monde, de quoi ces personnes se souviendront-elles lorsque leurs yeux seront ouverts sur la vérité? Penseront-ils hautement de nous pour avoir aidé quand nous n'avons pas eu à le faire, ou se souviendront-ils que nous n'avons pas aidé? Le Christ nous a commandé: «Que votre lumière brille ainsi devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père céleste» ( Matthieu 5:16 ). Comment allons nous?

Le lendemain, le Samaritain a donné de l'argent à l'aubergiste pour aider à prendre soin de cet homme en convalescence (verset 35). La parabole dit qu'il a donné deux deniers. Un denier était le salaire d'un jour pour un ouvrier. Le Samaritain a donc donné deux jours de salaire pour les soins continus à cet homme. Apparemment, le Samaritain était connu pour sa parole, car il a dit à l'aubergiste que tout supplément qu'il rembourserait.

Avons-nous peur de dépenser notre argent pour un parfait inconnu? Oublions-nous que Dieu peut faire gronder toute grâce envers nous, que tout ce que nous dépensons, Dieu peut et nous bénira davantage ( 2 Corinthiens 9: 8 )? Quelles excuses trouvons-nous pour ne pas aider les autres? Il est facile d'aider un ami, mais pourquoi hésitons-nous à aider des étrangers?

«Allez et faites de même»

Aux versets 36 à 37, Christ a demandé à l'avocat lequel de ces trois hommes était le voisin de l'homme. L'avocat a répondu à celui qui a fait miséricorde, le Samaritain. Le Christ a alors répondu: «Allez et faites de même.» Rappelez-vous, cette parabole concerne les actions nécessaires à la vie éternelle, en particulier en aimant tout le monde comme vous-même. C'est pourquoi le Christ a dit: «Allez et faites de même.»

L'homme dans le besoin était un parfait inconnu du Samaritain, mais il l'aida. Dieu a dit à l'ancien Israël que: «L'étranger qui habite parmi vous sera pour vous comme un né parmi vous, et vous l'aimerez comme vous-même; car vous étiez étrangers dans le pays d'Égypte »( Lévitique 19:34 ). Paul nous encourage à faire du bien à tous lorsque nous en avons l'occasion, car cela nous conduira à la vie éternelle ( Galates 6: 9-10 ).

Nous devons faire attention à qui nous aidons. Il y a des gens qui font semblant d'être dans le besoin, ne voulant que de l'argent pour soutenir leurs habitudes de consommation de drogue ou d'alcool. Il y a deux principes dans cette parabole qui peuvent nous guider pour aider les autres.

Le premier point est que vous aidez quelqu'un qui ne peut pas s'aider lui-même. L'homme blessé était désespérément dans le besoin lorsque le Samaritain est arrivé. Beaucoup de gens tiennent des pancartes demandant de l'aide, quand ils peuvent s'aider eux-mêmes s'ils veulent seulement essayer.

Le deuxième point est: Aidez comme vous le pouvez. Le Samaritain était assez fort pour soulever cet homme sur son animal. Si le Samaritain était âgé, il aurait pu obtenir de l'aide pour lui. Aujourd'hui, les téléphones portables rendent cela encore plus facile. L'aide peut également inclure l'achat de produits d'épicerie pour une famille qui a du mal à joindre les deux bouts. L'aide peut être de réparer le véhicule d'une personne qu'elle ne pouvait normalement pas se permettre de faire. L'aide peut être d'acheter un manteau d'hiver pour quelqu'un. Nous pouvons aider de plusieurs façons si nous ne limitons pas les possibilités.

Il faut être prudent lorsque vous vous arrêtez et aidez quelqu'un à tomber en panne. Regardez la situation. Est-ce que quelque chose semble déplacé? Souvent, faire confiance à votre instinct est la meilleure chose à faire. Essayez de vous arrêter à côté de leur véhicule avec vos portes verrouillées et demandez-leur par la fenêtre de quelle aide ils ont besoin. Demandez la protection de Dieu lorsque vous vous arrêtez pour aider. N'ayez pas peur d'aider, mais utilisez la sagesse.

La parabole du bon Samaritain parle d'un mode de vie. Nous devons aimer tous ceux avec qui nous entrons en contact - amis et étrangers - et les traiter comme nous voulons être traités. Nous devons aider de toutes les manières possibles, y compris en sacrifiant notre temps et notre argent si nécessaire. Nous devons le faire tous les jours de notre vie. Dieu promet qu'il n'oubliera pas le bien que nous montrons aux autres ( Hébreux 6:10 ).

Quand Christ reviendra, Il séparera les brebis des chèvres ( Matthieu 25: 31-46 ). Les moutons sont ceux qui ont vu les besoins et ont pris soin d'eux, comme le Bon Samaritain. Les chèvres sont celles qui n'ont pas aidé les autres, comme le prêtre et le Lévite. Soyons ceux qui accomplissent les deux grands commandements: aimer Dieu et aimer notre prochain. Soyons les brebis à la droite de Christ, et que ses paroles nous soient dites: «Venez, bénis de mon Père, héritez du royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde».


Votre réaction?

0
LOL
0
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY
0 Commentaires

CPUREPLAY